Lisbonne et ses perles cachées

par Tom  -  19 Octobre 2014, 18:13

Lisbonne, la ville magique

Il existe de ces villes qui nous entrent dans la peau. Des villes touchantes, poétiques et douces, où les rayons semblent légèrement plus lumineux qu’ailleurs. C’est le cas de Lisbonne, qui comble le premier regard, et tous les suivants.

 

 

 

Lisbonne et ses perles cachées

Marcher dans les pas de Pessoa

«Aucun bouquet ne vaut pour moi, resplendissant sous le soleil, la gerbe de couleurs de Lisbonne», écrivait le plus populaire des auteurs et poètes portugais, Fernando Pessoa. Né et disparu à Lisbonne, il emprunta plusieurs hétéronymes (différents noms de plume ayant chacun une identité et un style littéraire propre) pour exprimer son amour de la ville.

 

 

Lisbonne et ses perles cachées

 

Aujourd'hui, c'est un peu partout à travers la ville que l'on marche sur les traces de Pessoa, que ce soit dans son quartier natal, le Chiado, où l'on boit un «bica» (un espresso court) sur la terrasse du café A Brasileira, tout près de la statue attablée du poète, ou juste en face en se rendant bouquiner à notre tour à la livraria Bertrand, la plus ancienne librairie au monde fondée en 1732.

 

 

Lisbonne et ses perles cachées

On parcourt aussi l'Estrela, ce quartier résidentiel et calme où se dresse la maison devenue musée de Pessoa, la casa Fernando Pessoa. Sa machine à écrire, sa chambre reconstituée, son éternel chapeau, sa malle remplie de pages manuscrites; tout y est en place.

 

Lisbonne et ses perles cachées

Sur le chemin du retour, on s'arrête au parc Jardin da Estrela. On y marche à travers les plantes, les étangs et les oies et oiseaux, on s'assoit sur la terrasse d'un café ou sur un banc et on y déniche un livre à l'une des minibibliothèques en plein air.

 

Lisbonne et ses perles cachées

De retour au centre de la ville, à l'instar de Pessoa qui y était un habitué, on s'attable à la terrasse du Martinho da Arcada, le plus vieux café de Lisbonne ouvert en 1782. En véritable Lisbonnais, on s'empiffre de quelques «pastels de nata», ces desserts traditionnels et feuilletés fourrés à la costarde qu'il faut saupoudrer de beaucoup de cannelle, comme l'exige la tradition.

Lisbonne et ses perles cachées

Pour parcourir Lisbonne et ses collines, on peut aussi emprunter le fameux tramway 28. Marcher le long du Tage en fin d'après-midi, puis s'arrêter boire un verre sur une terrasse au bord de l'eau. On peut observer le soleil disparaître derrière le pont du 25 avril, joli petit cousin du Golden Gate de San Francisco et aller de «miradore» en «miradore» afin de varier les visions de la cité.

Lisbonne et ses perles cachées

On peut aussi enfourcher l'un des vélos du Lisbon Bike Tour and Outdoors le temps d'une balade guidée de presque quatre heures à travers la ville. Au départ du parc Edouardo VII, au sommet de la ville, la promenade à vélo n'a rien d'agressif. Au contraire, les collines se dévalent joyeusement, le long de la longue avenue de la Liberté d'abord, du centre historique ensuite, puis du vieux port jusqu'à Belém, point de départ de nombreux explorateurs portugais.

Lisbonne et ses perles cachées

"Les Portugais sont la somme de toutes les invasions". Au gré d'arrêts stratégiques, l'histoire de la ville, les invasions, le séisme de 1755, la révolution sont constamment présents à mes yeux. Sans entrer dans les détails, la crise économique actuelle qui afflige aujourd'hui ce pays ne vous lâche à aucun moment. «Ces graffitis que l'on retrouve un peu partout sont relativement nouveaux. Ils représentent la protestation des Lisbonnais contre la mauvaise situation économique du pays.»

Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées

Le quartier des anciens cinémas (dont plusieurs ont été transformés en hôtels) et des théâtres, le St-Dominic Square et son étoile de David commémorant le massacre des juifs de Lisbonne de 1506; le Rossio, grande place au cœur de la vieille ville; la dégustation de «ginjinha», liqueur de cerise typiquement portugaise; les épiceries fines étalant leurs pièces de morue séchée dans le sel; l'ascenseur de Santa Justa construit par un élève de Gustave Eifel; les terrasses le long du quai; le monument d'Henri le navigateur et sa carte du monde gravée dans le sol; le gracieux monastère et la surprenante tour de Belém classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, tous ces lieux magiques et chargés d'histoire à la fois m'ont laissé un goût amer dans la bouche quand il a fallu les quitter.

 

Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées

Vivre à la lisbonnaise

S'accorder à l'ère de Lisbonne, c'est vivre tranquillement, faire sien l'un des jolis cafés du quartier Alfama et discuter avec les copains, bière à la main, devant l'un des bars ou maisons de fado d'une ruelle de Bairro Alto.

C'est manger des sardines grillées et autres «petiscos» dans un ancien magasin d'articles de pêche de la mouvementée rua Rosa, déguster le meilleur gâteau au chocolat de Lisbonne au café Vertigo et c'est goûter aux vins portugais dans une ancienne pharmacie.

C'est aussi dénicher les meilleurs portos au Solar do Vinho do Porto, manger beaucoup de fruits de mer au résolument branché Sea Me et assister à un cabaret burlesque sous les voûtes d'une ancienne maison close.

 

Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées

Lisbonne nostalgique ?

 

Une nostalgie qui n’est plus ce qu’elle était, rassurez-vous ! Lisbonne n’est pas triste (sauf en hiver, peut-être, car le froid chargé d’humidité, ici, est pénétrant), elle ne vit pas chaque instant qui passe dans le souvenir de ses heures glorieuses. Ne vous fiez pas pour autant à ces images montrant la nuit lisboète comme une fête perpétuelle se déroulant sous les étoiles, au bord du Tage, sur les anciens docks ou dans le Bairro Alto : le mal de vivre n’a pas simplement engendré une fureur de vivre ; ici, les deux coexistent, simplement.
Les artisans des vieux quartiers de Lisbonne résistent face à la montée des boutiques à la mode (pour combien de temps ?), et les restaurants où l’on décline la morue de dizaines de façons différentes (on dit qu’il existe 365 recettes possibles) côtoient les bars tendance.

 

 

Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées
Lisbonne et ses perles cachées

Praça do Comércio

La Praça do Comércio est une célèbre place du quartier de Baixa à Lisbonne.

 

Histoire

Cette place accueille le palais Royal pendant quatre siècles d'où le nom sous lequel on la désigne encore Terreiro do Paço (terrasse du palais). C'est en 1511 que Manuel 1er abandonne le Castelo de Sao Jorge pour s'installer sur la rive du Tage.

Comme le reste de la « ville basse » (Baixa), l'ancienne place du palais n'échappe pas à la reconstruction après le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 qui détruit le palais. De nouveaux bâtiments ornés d'arcades sont construits par Eugénio dos Santos et Carlos Mardel, délimitant une large place de 180 mètres sur 200. À la proclamation de la république en 1910, ces bâtiments furent peints en rose.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

valérie c. 19/10/2014 21:23

"il existe de ces phrases qui nous entrent dans la peau" .. car c'est bien la première phrase de ton blog qui est restée inscrite dans mon cerveau. Je l'ai relue, plusieurs fois, avant de passer aux photos ...
Je pars mardi prochain pour Lisbonne, ma première fois, j'y vais pour me promener et capturer quelques merveilles dans le boitier de mon appareil photos. J'espère que cette ville me procurera le "choc", le truc qui fait une petite décharge électrique dans le ventre. J'aime ce que vous voyez dans cette ville.

Tom 21/10/2014 07:11

Bonjour,

Merci pour ce petit commentaire. Je pense très sincèrement que cette ville vous plaira et vous donnera les sensations attendues. Vous me direz tout ceci à votre retour.

Cordialement.

Annette. M 16/06/2014 14:37

Le sud de l'Inde l'Italie et maintenant le Portugal toutes ces images sont très belles mais pourquoi ne pas photographier plus proche de chez vous comme les Cevennes ou Aujac un matin de juillet juste avant le lever du soleil
Bises

Bridou Justin 14/07/2014 20:51

Effectivement chère Annette M je suis entièrement d'accord avec vous ! Pourquoi ne pas photographier notre belle France profonde et secrète comme par exemple les tags des toilettes publiques d'Aumessas!